Piranha (3D): Brain Break !!

Publié le par Glauktier

Là, devant tout le monde, j'enlève mon bonnet et je hurle "BRAIN BREAAAK !!" parce que m'est venu l'envie de voir Piranha 3D afin d'en mesurer le potentiel. Sortie au cinéma le 1er septembre 2010, y'a pas grand choses à dire de plus que "va y avoir de l'eau, va y avoir des poissons et va y avoir du sang comme nous le demande notre penchant morbide pour les sensations fortes et les trucs gue-dins".

 

Piranha-3D

Bonjour, on a rien compris au génie de Spielberg ! Vous voulez voir notre film ?

 

Du soleil, une ville, une université, un lac, des maillots de bain, SPRIIIIING BREEEEAAAAAAAKK, un tremblotis de terre et des piranhas préhistoriques. (Y'a vraiment rien de plus à dire mais je vais essayé d'étoffer) Jake, 17 ans et dans la fleur de l'âge et des pulsions sexuelles saines, se propose d'être guide pour le bateau des Wild Wild Girls, qui a pour optique de tourner un porno. De son coté, sa mère, la SHERIFF a du mal à calmer les étudiants complètement tarés qui se la donne grave. Sa journée de merde démarre surtout quand elle découvre un corps déchiqueté aux abords du lac.

 

Quand on dit que le manga n'est que sexe et violence, franchement on se moque du monde. Piranha 3D n'est qu'un enchevêtrement de scènes très crues, érotiques et gore. Un film sanglant pour teenagers ou amateur de rouge et rien d'autre, tel que la série des SAW ou des  Destinations Finales (mais… pourquoi cette fascination pour la mort, le gore et la violence, chaque été ?). 

 

Ça commence à peine que je suis circonspect devant ce ballet aquatique effectué par deux pornstars nues (c'est à peine érotique, très soft). En plein film gore exutoire, Alexandre Aja, le réalisateur, se fait plaisir et fait plaisir à son public avide de sensation fortes, en montrant deux belles plantes (bourrés de silicone) dans la vulnérabilité la plus totale. Imprévisible. On attend qu'une chose, c'est que les petits poissons pointent le bout de leur nageoire mais ceux-ci prendront leur temps pour les dévorer. "Tout vient à point à qui sait attendre" se disent-ils. Le problème c'est que ce genre est tellement éculé qu'on n'a même plus peur. Spielberg a tout montré dans Les dents de la mer. Là, il n'est plus question de subtilité et de sensation, juste de meurtre gore, quel dommage.

 

Je dirais même que Piranha 3D essais d'aller dans un trash plus trash encore avec des comportements des plus absurdes ou des séquences "abusés", poussés à l'extrême. Je pense à la scenette d'un jeune "fou" (y'a pas d'autre mot) qui, pendant le grand bain de sang, prend un hors-bord et décide de le traverser. Pourquoi ? Aucune idée. Juste, il le traverse  tout en prenant soin de faire passer un maximum de gens sous ses hélices en criant cette phrase contradictoire "Dégagez ! Dégagez !". Pourquoi un tel comportement ? Montrer que l'homme perd les pédales dans une situation qu'il ne contrôle plus, aux allures de portes de l'enfer ? Ou simplement mettre en image un fantasme obscure de chacun d'entre nous lorsque nous saisissons la poignée des gaz d'un zodiac ? Toujours est-il que ça reste absurde mais c'est ce qui est recherché ici.

 

Sauf que ce genre de trip gore, c'est pas mon kiff. Des propos vulgaires sans aucune portée, images impactantes de strings sanguinolants, bon. OK, du vomi (en 3D) en gros plan ou l'énorme bite (en 3D) qui flotte en premier plan avant de se faire déchiqueter par les piranha, ok, un nouveau cap a été franchi mais c'est tout. Des jeunes insolents qui ne pensent plus qu'à se déchainer dans l'alcool et la techno pendant leurs vacances en criant "SPRING BREEEAAAKK" ça me fait marrer pour la blague dans American dad! mais là non. Ça m'énerve de montrer tant de stupidité. Alors ok, cette stupidité sera avidement dévoré par la suite, et où nous trouverons (nous, spectateur, bien entendu plus intelligents que ces jeunes étudiants) la morale et les conséquences de ne pas se plier à la volonté des autorités publics. Mais au final, cette "vengeance" prendra la voie de la violence. Rien de très sain et aucunes sensation faisant appels à de vraies peur profondes en nous.

 

http://www.blogcdn.com/blog.moviefone.com/media/2010/08/piranha3dimportanceofaudience2010.jpg

 


Il ne reste plus qu'à souligner les incohérences comme j'aime le faire. Les piranhas, par principe, ils se baladent en bande et mangent tout. Ils ont survécu des millions d'années en se dévorant eux-même et le premier humain sur lequel ils tombent, il le grignotent à peine ! Ensuite ça dépend. Des fois les corps sont mangés en entier jusqu'aux os et des fois non. Après le grand bain de sang, des corps entiers flottent alors que 2 minutes plus tard, si on met le pied dans l'eau, on se fait bouffer intégralement. Ils n'aiment que la chair fraîche de chez Lenôtre, nos petit rongeurs ? Et bien non, car encore un peu plus tard, il suffit de mettre à l'eau un corps mort sur lequel il reste du manger pour qu'ils nagent tous dessus et sont bien occupés pendant 10 min ! Ah la la, comment c'est pratique pour les scénaristes, ça permet de sauver des gens !

Je rajouterais juste une séquence absurde d'un sismologue qui prend un jet-ski, un fusil (à pompe) et tire sur les piranhas entre les étudiants ! Chapeau mec ! Tu prenais des cours facultatifs à l'université ou ça t'es venu comme ça ?

 

Bref, que dire de plus que: si vous regardez ce film c'est clairement pour laisser votre cerveau en pause le temps d'1h30. Dès les premières minutes vous êtes en mesure de savoir qui va mourir et qui va survivre, vous allez voir des paires de seins, des mecs qui bavent et de globules rouges plein la piscine. Le petit génie de Slider (au premier plan, coupe au bol) est tombé bien bas, jouant un réalisateur de films pornos, bête et méchant. Ça casse un mythe !

Bon et bah, si vous êtes amateur de ce genre de film, foncez. Moi j'aime pas, mais vous l'aurez compris.


PFFFF, "bite", "string", "pornstar", "érotique","pornos" rien que dans ce billet… Ça va être folklo mes prochaines provenances de visiteurs…

Publié dans Grosses daubes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article