Parasite (Kiseiju) : Le monstre, meilleur ami de l'homme

Publié le par Glauktier

J'inaugure la rubrique "mangas" avec un série que j'affectionne énormement. Trés peu connu, sortie quasiement en douce par Glénat, ce petit bijou mérite une bien meilleure popularité.

parasite 01

 

L'histoire se déroule au Japon bien évidemment. Pendant une nuit des plus ordinaires, des milliers de petit organismes inconnus de la taille d'une balle de tennis descendent doucement de l'atmosphère pour se poser à terre et éclore en silence. Un ver semblable aux vers de terre en sort et se dirige vers l'être humain le plus proche. Une fois en contact, le ver rentre dans la peau et se déplace dans le corps vers la tête.

Ce qui arrive à Shin'ichi Izumi est heureusement différent. Avec réflexe il arrive à bloquer le parasite dans son bras. Sans noter un seul changement et même pensant avoir halluciner, sa vie quotidienne reprendra son long fleuve tranquille jusqu'au moment ou l'entité qui a pris possession de son bras droit va s'éveiller et apprendre.

Les Parasites sont doué d'intelligence et d'un instinct de survie prenant le pas sur tout. Le pire c'est qu'ils se révèlent métamorphes, changeant la forme de la partie du corps parasité à volonté, et dangereux car bien souvent ce sont des lames qu'ils confectionnent. Mais surtout… le parasite s'élève naturellement comme le prédateur de l'être humain.

Shin'ichi et Migy (le nom du parasite qui a fusionné avec son bras droit) réunis pour le meilleur et pour le pire, pile sur la frontière entre l'humain et le parasite, vont devoir évoluer pour leur propre survie… mais leur but est-il vraiment le même ?

 

Avant toute choses, ils faut prévenir que ce manga est un Seinen (manga destiné à un public adulte) et qu'il contient des scènes gores. Mais ce n'est pas pour autant un manga d'horreur ou fantastique. Parasite - Kiseiju est un manga sociologique et psychologique. Les scènes d'hémoglobines sont dessinés et montrés, non pas pour faire peur, mais pour être réaliste face aux propos de l'auteur qui apporte un discour sur l'espèce humaine dans son ensemble. Quel est le but des êtres humains ? Comment réagirions-nous si un prédateur venait à nous détroner sur Terre ? La survie de l'espèce humaine est-elle justifié ?

 

Hitoshi Iwaki introduit une nouvelle race, doté de ses propres capacités, pour de "tester" la notre, telle une expérience, et afin d'obtenir des réponses. Le jeune Shin'ichi n'est pas au bout de ses peines, lui qui commence son adolescence. Sujet actif et passif, nous le voyons subir les épreuves les plus rudes avec beaucoup de pots-cassés.

 

Ce que j'aime par dessus tout dans ce manga c'est le réalisme du scénario fantastique. Les être humains tous sont plausible et réagissent comme, je pense, chacun de nous le ferais. Des larmes, des émotions, de l'incompréhension face à l'inconnue et surtout, de l'instinct de conservation primaire. Une blessure physique fait mal et une blessure psychologique destabilise énormement. Pas de héros surpuissant, s'élevant contre tout et n'importe quoi, ayant toujours raison et part gagnant d'avance. Les gens souffrent et les histoires ne finissent pas toujours bien.

 

Pourtant, ce manga ne possèdent pas de dessins trés beau. Vous le verrez par vous-même en le feuilletant, ce n'est pas transcendant. Le style est vieillot (édité en 1990 au japon), le trait est un peu grossier et les illustrations n'ont pas de perspectives. Mais cela n'empèche aucunement de parcourir le récit passionnant de son auteur et on oublie vite que ce n'est pas du Inoué (Vagabond), du Obata (Death Note) ou encore du Miura (Berserk).

 

Néophyte du mangas, abandonnez vos a priori sur Naruto et les mangas "pour ados", aussi bien que ceux sur les mangas "élitistes" approuvé par une France intellectuel, se plaisant à ne savourer que du Taniguchi par paquet de 3 Kg. Tentez-vous à découvrir un autre aspect du manga, le genre sérieux et adulte, bourré de discours trés intéressant sur nous-même, dans le cas présent.

Publié dans Mangas à lire

Commenter cet article