Lie to me: C'est pas vrai !

Publié le par Glauktier

Aprés cette magnifique tentative de traduction du titre de la série qui me permet d'introduire l'article, et ben… voici comme d'habitude la photo du sujet:

lie-to-me2

 

Le Dr Cal Lightman, psychologue expert en détection de mensonges par l'analyse de « micro-expressions », vend les services de son équipe aux services de l'État américain pour les aider à résoudre des enquêtes criminelles et civiles particulièrement difficiles à analyser (merci Wikipédia, j'avais la flemme cette fois).

 

Nous voici donc devant une série américaine de criminologie (originale, en théorie), le genre de truc que je ne regarde pas habituellement, parce que les Experts et Cie ça me passionne pas. Voir des meurtres et des meurtriers à chaque épisodes, c'est du matraquage répétitif de violence au possible (heureusement les gentils arrêtent toujours les méchants). Mais, les séries noirs/enquêtes sont un genre en soi et je ne les juge pas pour autant, c'est juste pas mon truc.

Revenons à mes impressions sur Lie To Me, doté de 13 épisodes pour la première saison et dont, à l'heure où vous lisez ces lignes, je n'en vu que la moitié. Le principe d'enquête ne se base pas sur des faits et des preuves mais uniquement sur les témoignage que le héros et son équipe se feront un plaisir de démonter uniquement parce que le protagoniste à un strabisme chronique qui le fait passer pour un sale menteur.

S'attachant à leurs études sociologique dont la base de données se trouvent être constitué à 99% de photos de politiciens faisant la moue pendant des scandales, nos héros vont traquer les mensonges et ainsi retrouveront l'étroite vérité qui fera triompher la justice, chose que même le FBI tout seul n'arrive plus à faire visiblement (genre des fois ils leur file des dossiers où ils ont rien fait dessus "Truc est mort et y'a Machin qui est accusé. S'il dit la vérité et ben on enverra un innocent en prison et ça la foutrai mal !" … Ben faut bosser les mecs, c'est aussi votre taff !). Déceler un meurtrier se trouvera être une de leur principale activité, alors que pourtant tant de possibilités s'offrent à eux (mais bon, tant mieux pour ceux qui aiment ça).

 

Le personnage principal, le Dr Cal Lightman, possède un caractère particulier qui pourra en saouler plus d'un. En effet, maitre dans l'art de déceler le mensonge, on pourra le retrouver dans plusieurs petite séquence à jouer les justicier de la petite semaine afin d'obtenir des petites vérités inutiles puritaines… Et ce n'est pas sans rappeler un certain Gregory House qui, je crois, en aura séduit un grand nombre d'entre nous (moi et les 9 visiteurs uniques récurrents de ce blog). Nous avons donc là un espèce de petit clone du héros associal et un peu méchant, mais qui a toujours raison, les répliques percutantes et l'humour cynique en moins. N'oublions pas la fameuse maxime "Tout le monde ment" que l'on entend depuis 2005 sur TF1.

Le plus fou c'est que comparé à House, Lie To Me devient minuscule. Là où la série hospitalière était une vraie série d'enquête (la seule que je regarde, à vrai dire) dans un contexte tout à fait original, Lie To Me retourne dans les classiques du sang et des fédéraux. C'est d'ailleurs un peu abusé de voir l'affiche de Lie To Me et celle de House cote à cote !

 

Un autre truc qui me chiffonne lorsque je la regarde (cette série), c'est qu'il y a presque toujours 2 enquêtes dans un épisode. Ça permet aux scénaristes de switcher entre les séquences afin de nous divertir un maximum mais l'inconvénient c'est que les deux histoires sont, du coup, courtes et pas assez poussés ce qui les rend prévisible à 80%. "Ah ok, ils présentent le directeur et son adjoint… 10$ que c'est l'adjoint qu'a couché avec la prof et qu'a fait le coup". L'épisode ou il n'y a qu'une seule histoire est plus intéressant (je n'en ai vu qu'un sur ce modèle pour le moment).

 

Alors bon, je chipote, mais cette série se regarde tranquillement. Ce n'est ni la découverte du siècle ni la pire bouse de l'univers, mais juste un série classique sympatoche qui casse pas 3 pattes à un canard. Hop, "Pour les curieux", la classification des trucs ni trop bon, ni trop mauvais.

Publié dans Pour les curieux

Commenter cet article