Kick-Ass : le serpent qui se mord le cul

Publié le par Glauktier

Sorti en Avril 2010 en salle, Kick-ass est l'adaptation du comics du même nom. Pour les néophytes, ça n'en a pas l'air mais il s'agit d'un film sur les super-héros… avec un héros sans pouvoirs.

 

kick-ass

 

Tout commence le jour ou Dave Lizewski, ados parmis les ados fan de comics, pose la question à ses potes du même groupe (donc habits et goûts similaires): "Pourquoi jamais personne n'a voulu devenir un super héros dans la vraie vie ?!". Sans qu'aucun puisse lui répondre vraiment, il continue dans son idée et se fabrique un costume à base d'éléments commandé sur internet.

Sa première tentative de respect des lois est à la fois un échec mais aussi une révélation. Emmené trés gravement blessé à l'hopital, il en ressort plusieurs mois plus tard avec des plaques de métal un peu partout sur le squelette et une sensation de la douleur quasi-annihilé. Aussitôt il remet son costume !

Mais sa destiné croise la route de deux autres super-héros: Big Daddy et Hit Girl qui, au lieu de tabassé et défendre comme Kick-Ass, n'ont qu'un seul but : tuer et dépouiller le chef de la mafia du coin afin d'éxécuter une vengeance personnelle.

 

Le début du film est assez intéressant. Partant du la thématique de l'absence de super-héros (ou de héros tout court) dans la réalité, on suit un petit discour et une brève analyse du phénomène à travers les yeux du personnage principal vivant son aventure. Le sujet à tout pour captiver. Le film un peu moins car, au lieu de continuer sur cette voie et d'en faire une mouture originale, demandant un scénario élaboré avec une vraie analyse et une conclusion, on en avait oublié que c'était une production américaine grand-public. Donc on se retrouve avec un film de faux-vrai super-héros mais qui reste identique à tout autre Spider-Man et film du même genre.

 

Exemple de scénario au schéma classique: le méchant c'est le baron de la drogue du coin. Ok cette homme est un poison pour la société. Il diffuse de la drogue, tue des gens impunément et garde les flics à sa botte. Mais… que penser de l'assurance santé des américains (dans la réalité) qui tue des milliers de gens chaque années parce qu'ils refusent de leur payer les soins pour lesquels ils les ponctionnaient ? Comparativement y'a pas photos. Mais le méchant reste The Méchant. Tortue Ninja en 1990 avait la même construction.

Autre chose que j'aurais trouvé trèèèèèès intéressante c'est que le héros commence une analyse du job de super-héros. Cette analyse s'arrête immédiatement le jour ou il rencontre la fillette tueuse. Comment ? Pourquoi ?  Pour quelles raisons le fait de TUER n'est pas mentionné dans l'analyse. Le fait de stopper la vie de gens, prématurément "coupable" ? Rien. Comme d'hab', dans les films américains, on a le droit de tuer si on a une bonne raison.

 

Échec ? Non pas forcement. Même si j'en attendais un dévellopement profond et intélectuellement intéressant et qu'on se retrouve avec un film archi-classique et convenue, on ne peut pas dire que le film ne soit pas bon. La production est bonne, les comédiens (dont Nicolas Cage) sont bons, surtout la doublure de la fille de 13 ans.

Les séquences de bastons… de tueries sont trés bien réalisé mais sont trés gore. Pendant presque 20-30 min du film, on peut voir la petite fille tuer de 100 façons différentes, limite avec les détails et le mode d'emploi. La boucherie qui s'en résulte nous fait penser à du Kill-Bill et ça ferai triper les fan-boys.

 

Je classifierai ce film de "Pour les curieux". Les amateurs de super-héros crieront au scandale mais je leur répond qu'à mon sens, il y avait là le potentiel d'un film cultissime qui s'est refermé sur sa propre anti-logique. Peut-être parce que je suis français et que j'attend un peu plus qu'un scénario "bang-bang" avec seulement des scènes de baston gores menés par une fillette. Même si le film adapte le comics.


Publié dans Pour les curieux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

karibou 10/06/2010 01:49


Je parlais de ça:
Peut-être parce que je suis français et que j'attend un peu plus qu'un scénario "bang-bang" avec seulement des scènes de baston gores menés par une fillette
(par contre la blague sur l'assurance maladie est très drôle)

Je savais pas que être "Français" c'était un cliché de l'intellectuel façon "film d'auteur" (mais tu tiens peut-être la réponse à l'identité nationale). Serieux, en quoi être Français ca change
quelque chose? Le siecle des lumières c'est fini. Le cinéma Français est taillé a 95% pour la télé, les films dit d'auteurs, en général, s'embourbent et le reste c'est de la comédie pas finaude.
C'est plus parce que tu es"Glauktier" et que tu t'atends à autre chose (comme moi, Karibou, je peux m'attendre à autre chose d'un film, par rapport à mon vécu, mes gouts, etc. etc qui n'ont pas
trop avoir finalement avec la France contemporaine)

En fait, ce que je reproche un peu vis à vis de ta condescendance pour la plupart des films ricains, c'est que t'as un fantasme du film un peu débilos et pas finaud, et pour rester dans tes
certitudes, tu mattes que ça alors qu'a coté t'as une production super intelligente. Et c'est dommage que tu passes 2 longs posts à parler de Twilight (pour conclure que c'est pour les gamines
pré-ados... Bravo, 2 ans plus tard la sortie du 1er film et après 1845644684 critiques déjà parues qui disent déjà ça, tu as bien compris ce qu'il en été)ou de Prince of Persia et que "Fantastic
Mr. Fox" n'a droit qu'a quelques lignes.

Tu ne trouves pas?


Glauktier 10/06/2010 03:28



1) C'est dommage que tu n'ais pas été plus loin dans ta culture du cinéma à propos de son public.


Les productions Française sont différentes des autres pays tout comme celle des USA et pour deux raisons: ce sont des français qui les conçoivent, avec leur propre état d'esprit, et ce sont pour
des français que le film est fait ! C'est une évidence aussi bien que tu te fais appelé Karibou et moi Glauktier. (je prend la France comme exemple mais ça aurai pu être totalement un autre pays)


Les films ont une cible: une certaine fourchette d'âge de la population ainsi que même le niveau social des gens. Tous les pays produisent maintenant de cette façon. Un film ne plaira pas à tout
le monde et les producteurs le savent très bien. Il s'agit même de calcul souvent très pointilleux débordant d'ailleurs sur la communication (affiches/teasers/évènements etc…).


Les USA voient les choses différemment, préférant plaire à une grande masse (avec une population beaucoup plus grande ça rentabilise bien mieux un film) et ayant habitué un public à des facilités
scénaristiques peu exigentes tout en séduisant l'oeil. Toutes les productions ne sont pas comme ça bien sur (exemple: nombre de leurs productions que j'affectionne particulièrement), mais ça
explique aussi pourquoi leur films s'exportent si bien (et aussi qu'ils ont la puissance économique pour eux) étant adapté à un large pannel de public se laissant facilement séduire.


Actuellement, ce qui marche le plus en Inde ce sont les films Bollywood qui ont TOUS la même construction et ils font tous un carton bien plus grand que les block buster américain (en Inde
toujours, pas dans le monde). C'est parce qu'ils n'ont pas assez vu Predator tu penses ?


Que peut-on voir de cet état de fait ? Que les populations ont donc été ÉDUQUÉS à voir des types de films (Cinéma et émission TV) et que depuis
30-40 ans nous soyons submergés de films américain ne change pas tout. De même notre TV est bien différente de celles des autres pays, car notre culture différente nous fait voir les choses d'une
autre façon. Et comme nous voyons les choses d'une autre façon, nous attendons forcement autre chose des films. CQFD.


Après, j'entend bien que l'exigence dépend du niveau de culture, de l'expérience ainsi que l'affinité de la personne mais qui s'est justement formé sur des bases propre à celle de son pays (sauf
exceptions) car bercé dedans.


En conclusion, ma phrase est totalement justifié, que tu le veuille ou non.


 


Met un peu d'eau dans ton vin, kari, parce que justement, ton regard n'est fait exclusivement que de productions américaines, et tu portes clichés sur clichés sur les productions d'autres pays.
Ce n'est pas ce que j'appel être objectif pour pouvoir juger. Attention je ne dis pas que les productions américaines sont uniquement des daubes et que tu ne regarde que des daubes. Juste que ton
jugement me parait un peu faussé.


 


2) Ce que je fais sur mon blog et comment je traite les films ne regarde que moi. Va faire 50 pages sur Mr Fox si ça te chante.


Encore une fois, ton affect pour les films d'origine américaine se ressent et on dirai même que tu te prend pour leur défenseur. J'y vois là une condescendance bien plus grande que la mienne à te
prendre pour le grand mani-tout qui incrimine les gens qui portent des jugements qui ne sont pas les tiens (Community ou tu t'en prend à moi personnellement, d'autres articles ou tu me reproches
de leur donner trop d'importance ou pas assez, encore plus selon leur actualité).


Mon blog me sert bien plus à analyser pourquoi j'ai aimé et pourquoi je n'ai pas aimé plus qu'à convaincre la majorité de la population branché sur internet (bien que j'affectionne aussi les
débats). Je n'ai donc pas d'ordre à recevoir de toi, préférant l'avis sur l'actualité du cinéma alors que mon but est tout autre. Suivre l'actualité, pourquoi pas (bien qu'au japon c'est un peu
difficile) mais pas uniquement.


Rappel, c'est le "blog de Glauktier et rien d'autre" ;)


kiss ;p



karibou 21/05/2010 17:11


Martin, c'est le Japon qui te fait te prendre aussi au serieux? O_o (et je ne parle pas que de cet article)


Glauktier 22/05/2010 03:49



Si "se prendre au sérieux" équivaut pour toi à "écrire ce que l'on pense de ce que l'on regarde", alors, chronologiquement, oui (regarde les dates). Sinon, tu sais, avec 12 visiteurs unique dans
les grands moments, je ne vais pas faire de l'ombre aux frères lampes de poches ;)