GI Joe, The Rise of Cobra : entre Explosions et Cinema

Publié le par Glauktier

GI Joe, qu'on ne se trompe pas, n'est pas un dessin animé d'auteur. Créé afin de lancer la gamme de jouet, elle a fini par prendre chez les enfants des années 80. Maintenant que cette génération a grandi, l'Oncle Sam nous en ressert une lampé sous forme de film d'action à gros budget. Mais…

gi-joe-movie

 

Le plus gros vendeur d'arme de la planète dévoile son dernier projet à ses clients, les pays les plus riches. Basé sur des nano-machines télécommandés, les nouveaux missiles en démonstration sont d'une puissance incroyable, détruisant tout moléculairement sur son passage. Alors que la commande des USA est acheminé à bon port, le convoi est pris d'assaut par une unité volante surpuissante, dépassant l'armement militaire de pointe actuel. Les inconnus volent les missiles alors que le héros, responsable du convoi, et son ami tentent de les arrêter. Alors qu'ils pointent leur armes sur des assaillants apparus en fin  d'attaque, ceux-ci se révèle être de l'unité GI Joe, arrivé trop tard pour défendre le vol des missiles.

 

Quand ce film est sorti je me suis bien foutu de sa gueule. Déjà au trailer je soupirais, ruminant contre les USA qui ne sortent qu'une grosse majorité de film d'action sans réelle profondeur. M'attendant à un horrible navet qui me ferai passer le temps entre soupires et fou-rire, j'ai finalement changé d'avis en cours de visionnage.

 

GI Joe n'échappe pas aux clichés de films d'action. On ne va pas réfléchir pendant 107 ans, les méchants sont des méchants et les gentils des gentils. Ça se voit même alors que les GI Joe découvrent qui est derrière ce traquenard en réfléchissant 2 secondes au détour d'un couloir (véridique). Les bases des uns et des autres sont over technologiques, puissament armées et archi confidentielles. Chaque personnage voit son profil bien balisé pendant le film si bien qu'on peut connaitre quoi arrivera à qui sans difficultés dès le début. Les explosions explosent les mitraillettes tirent à flot ininterrompus. Pas d'intrigues complexes, pas de jugeotte et pas de prise de tête.

 

Pourtant GI Joe est très bien réalisés. Tout d'abord les effets spéciaux sont remarquable et très agréable à l'oeil pour les amateurs du genre. Les plans sont bons et les batailles bien filmés. Le scénario accompagne bien le délire à coups de clichés tout de même bien ficelé et bien racontés. On reste pendant presque 2h dans son siège à être flatté de l'oeil sans être choqué du cerveau.

Un des points qui m'a le plus surpris c'est la subtilité de la réalisation, enchainant des transitions excellentes entre les scènes qui n'ont pourtant parfois rien à voir. D'un continent à l'autre, du ciel à 20 000 lieux sous les mers, la tension ne redescend pas, bien accompagné à coup d'effet numérique se retrouvant d'une scène à la suivante. D'un point de vue cinématographique, les amateurs ne pourra pas passer à coté. Alors que Star Wars, pour ne choquer personne, garde des transitions "IMovie" style (rideau, fondu en diagonale etc…), GI Joe emmène très finement le spectateur n'importe oû sans le perdre. S'en est remarquable et inattendu.

 

GI Joe reste son propre cliché de film d'action exagérément simple. Pourtant il n'en démord pas d'une certaine subtilité qui flattera les plus aguerris alors que les spectateurs lambda ne se lasseront pas. Je met ce film dans la catégorie "Pour les curieux" car il sort clairement du lot, prenant place parmis les "bons" films d'action. Les non-amateurs de ce type de film peuvent passer leur chemins ou se dire qu'ils passeront une bonne soirée dans un univers qui ne sera pas le leur.

 

Bonne surprise !

Publié dans Pour les curieux

Commenter cet article

karibou 10/06/2010 01:53


Ca reste du roller-coaster, mais je dois dire que Sommers a perdu la patte (depuis Van Helsing). Je me demande encore comme Lewitt a pu se retrouver la-dedans (le mec joue dans Brick, quoi! Un des
meilleurs films noir de ces dernières années... Bon ok, y'en a plus beaucoup aujourd'hui, mais quand même, c'était un chef d'oeuvre...)