Gainsbourg, vie héroïque : Joann conte sur toi

Publié le par Glauktier

Film que j'avais trés envie de voir à sa sortie, d'une part parce que la vie de gainsbourg m'étais quasi inconnu et d'autre part pour voir aussi ce que donnait Joann Sfar, le dessinateur, au cinéma. Je suis loin d'avoir été déçu !

serge-gainsbourg

 

Un peu avant guerre, le petit Lucien Gainsbourg est contraint d'apprendre le piano par son père alors qu'il s'épanouit plutôt dans le dessin. Vers 20 ans, il s'en sert pour jouer du piano-bar pour payer ses toiles et ses études de peinture. C'est à ce moment là que son diable va l'aider à choisir sa destinée…

 

Il faut le dire haut et fort, Gainsbourg, vie héroïque n'est pas un film. Comme le dit bien l'affiche, il s'agit d'un conte oû se mêlent images, imaginaire, musiques et biographie. Les uns ne vont pas sans l'autre durant 2h et c'est sans difficulté qu'on visualise trés bien la bande dessiné que ça aurai pu donner, narrant un personnage vindicatif animé par une passion qui le dépasse (sauf qu'en bande dessiné, pas de musique). Les personnages qu'il représente dans son esprit prennent une forme matériel pas loin du récent Where the wild things are (Max et les maximonstres), mélant trés habilement costumes filmés et images de synthèses et donnent un fort aspect onirique au film.

 

Il ne faut donc pas s'attendre à une classique biographie cinématographique expliquant clairement toute ses parties de sa vie, des causes et des conséquences. Ceci est présent sans pour autant pointer le doigt dessus. Il n'y aura pas de détails croustillants ou d'anecdotes impensables. On suit Lucien Serge Gainsbourg tout au long de sa fougueuse vie et de ses nombreuses conquêtes au fil de la création de ses chansons qui ont marqué la France, un tout qui est déjà une vie croustillante et impensable !

 

Chansons qui d'ailleurs sont extrêmement bien retranscrite. À peine les premières notes résonnent que vous entendez et reconnaissez la chansons entière, emprunt de nostalgie (plus fortement pour les générations qui l'ont vécu). Joue avec ça la force des voix extrêmement bien refaites allié à de bons comédiens. C'est le cas évidemment du rôle principal, ressemblant physiquement beaucoup au Gainsbourg d'origine, péchu et casse-barrières. Un peu moins pour l'enfant qui l'interprète, lisant trop son texte à mon goût et n'arrivant pas à retranscrire le culot qu'il devait avoir à l'époque et qui transpire dans son texte. On découvre d'ailleurs un Philippe Katerine en Boris Vian trés sympathique.

 

Les dialogues sont d'ailleurs trés bons. On passe un délicieux moment en compagnie de cet homme qui coule doucement vers la folie, aider par un abus de tabac et d'alcool mais qui ne perd pas un brun de défi.

 

Trés bon conte à voir !

 

Ça fait un moment que je tombe que sur des trucs bien, faut je regarde quelque navets pour équilibrer tout ça !

 

Publié dans Films à voir

Commenter cet article