Freedom : la liberté a un goût de nouille

Publié le par Glauktier

Bien tenté de rentrer dans un nouvel univers de Katsuhiro otomo (mangaka émérite et père d'Akira) je vous fais le rapport de cette série de 6-8 oav (le nombre change selon les supports c'est assez mystérieux) diffusé en 2006 au Japon.

freedom

 

À cause d'un cataclysme sans précédent, la Terre est devenue inhabitable. La colonie Lunaire abrite alors les derniers humains et forme Eden, la cité lunaire. 100 ans plus tard, la cité à bien prospéré mais la terre reste tabou.

Takeru et ses amis Bis(marck) et Kazuma mettent un peu de piment dans leur jeunesse en participant à des courses de bolides avant de rentrer dans l'âge adulte. Un peu voyous sur les bords, ils encaissent des travaux d'intéret généraux et c'est à ce moment là, seul dehors dans l'espace, que Takeru aperçoit les traces de ce qu'il croyait être une petite comête. Dans le petit cratère, il découvre les restes d'une petite fusée parvenu jusque sur la lune, avec à son bord des coquillages et une photo d'une jeune fille sur terre qui à écrit derrière la photo "Il y a quelqu'un ? la Terre se porte bien".

La vie de Takeru bascule alors puisqu'il décide d'enquêter sur le sort de la Terre, voir même d'aller y faire un tour et par là même, découvrir le secret d'Eden.

 

Avant toute chose lorsqu'on regarde cet animé c'est l'aspect technique avec lequel il a été créé que l'on remarque. En effet, dans des décors 2D d'excellente finition les personnages évoluent en 3D cell Shading. Tout comme l'animé Appleseed, les personnages sont modélisés et n'ont plus qu'à se faire bouger comme des marionnettes. Il est vrai qu'au début ça choque un peu, nos yeux étant habitués aux techniques traditionnelles mais après on se dit "pourquoi pas ?" et on regarde tranquillement. L'habitude s'installe vite et les personnages prennent de plus en plus de vie, même si les débuts son difficiles (pour nous comme pour les animateurs). Des experts pointilleux où des conservateurs hurleront à l'infamie et à la traitrise de cette production mais moi ça ne m'a pas dérangé du tout, j'ai accepté Freedom sans problèmes, bercé gentiment par l'histoire.

 

L'histoire parlons en ! Elle se densifie après le petit résumé que je vous ai fait mais on reste dans une thématique très proche de celle d'Akira pour le coup (même si Katsuhiro Otomo n'a fait ici que le Character et le Mecha Design), en plus du fait que certains personnages y ressemblent fortement. Des jeunes (la nouvelle génération) mettent à sac les préceptes établis par les vieux d'avant dans la cité d'Eden et formeront un nouveau monde (ce n'est pas l'histoire exact, vous inquiétez pas). Bien que les anciens défendent leur point de vue, le débat reste à mon goût très naïvement traité. Comme d'habitude, on dirais que les jeunes ont raisons depuis le début et que les autres ne sont que des abrutis tristes et froid. Au nom des débat d'idées, REVEILLEZ-VOUS LES MÉCHANTS ! VOUS AVEZ LE DROIT D'AVOIR UNE OPINION, UN POINT DE VUE, UNE REFLEXION, MÊME SI VOUS DEVEZ VOUS FAIRE BATTRE PAR LE HÉROS DANS LE SCÉNARIO ! Là on a juste 2 phrases qui justifient vaguement leur comportement et basta. Ils sont battus avant même d'arrivé à l'écran les mecs…

De plus, si on veut être un poil chiant, on pose très vite les questions des ressources qu'utilisent les Lunairiens (Edeniens) où encore plus tard les terriens. C'est "science fiction", c'est magique, mais bon, le kérozène ça coute et jusque là il faut de la matière première pour en fabriquer. Qu'on me dise qu'il s'agisse d'une nouvelle forme utilisant de l'énergie nouvelle, pas de problème. Mais bon, je CHIPOTE !

 

À coté de ça on a une histoire tout de même fort sympathique qui finit par nous attacher avec de l'action et du rêve. Moi j'ai été conquis et malgré mon chipotage, je suis agréablement satisfait de la visions de cette petite série. Série à voir pour ceux qui peuvent (Freedom, sorti en DVD/blue-ray français en 2009).

 

 

Pour l'anecdote cette série à débuté par une commande publicitaire faîte à Katsuhiro Otomo par Cup Noodle. La décision d'en faire une série d'OAV fut prise, Otomo ayant développé un univers attirant et où les Cup Noodle y feraient trés souvent apparition comme base de nourriture principale. On aime où on aime pas, moi j'ai trouvé ça rigolo.

 

freedom 6062 1024

Publié dans Séries à voir

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article