Les aventures extraordinaires d'Adèle Blanc-sec: Besson dessus dessous

Publié le par Glauktier

Il faut se rappeler que le nom "Luc Besson" fut le synonyme de films forts tel que Subway, Le Grand Bleu, Nikita, Léon, le 5 eme Èlément… et puis il faut aussi se rappeler que le nom "Luc Besson" fut aussi le synonyme de production (et de scénarisation) de film plutôt (très) médiocres tel que Yamakasi, Taxi (et ses suites), Wasabi, le Transporteur, etc… En avril 2010 il est revenu, en tant que réalisateur, pour Les aventures extraordinaires d'Adèle Blanc-sec, adapté de la bande dessinée de Tardi.

 

les-aventures-extraordinaires-d-adele-blanc-sec

 

Adèle Blanc-sec est feuilletonniste tétue, indépendante et forte-tête. Alors qu'elle est en Égypte pour ramener une momie, son ami, le scientifique Espérandieu, ramène à la vie un Ptérodactyle en plein Paris, au début du vingtième siècle.

 

Encore une fois, j'ai très peu parcouru en BD les Adèle Blanc-sec. Pourtant cette adaptation m'a paru, bien qu'assez bonne dans la forme, très bancale.


Il est clair que la BD tient particulièrement sur son personnage féminin principale, Adèle, doué d'un fort caractère et d'une vive répartie. Elle n'est pas particulièrement belle ni attirante (bien que plusieurs personnes l'affectionnent particulièrement) et son atout se trouve autre part. Or j'ai trouvé que le film faisait un peu l'inverse. La tête d'affiche c'est Louise Bourguoin qui a mon goût est trop jeune et jolie pour ce rôle. De plus, j'ai trouvé qu'elle manquait d'expérience de jeu, ce qui casse le charme du film. Toutes ses répliques sont joué avec un souffle, la marque de l'effort ou simplement de ponctuation du jeu. Mais j'ai retrouvé là une attitude similaire aux jeux des comédiens d'Hélène et les Garçons qui ne pouvaient insinuer qu'une situation était embêtante sans souffler à la mort, tout ensemble, seul ou en couple, à chaque séquences et répliques. Je sais que la comparaison est vache et un peu exagérée néanmoins je l'ai pensé. Lors de ses réparties, Louise Bourguoin les enchaîne avec la vitesse qui tient plus de la faiblesse de jeu que du trait d'esprit du personnage. Pour finir on ne croit absolument pas à sa vie professionnelle, personnelle ou relationnelle, mais ça c'est en partie à cause du scénario. Je pense que Louise Bourguoin n'était pas un bon casting et/ou qu'elle n'était pas prête. Peut-être saura-t-elle nous surprendre dans une prochaine production ?

L'histoire parlons-en. Je ne suis pas expert en cette BD mais elle m'a tout de même semblé pas mal pipotée. On ne croit que moyennement aux personnages (pourtant formidablement maquillés) en encore moins aux évènements, souvent gâchés par une post-production moyenne (la scène de la chevauché du ptérodactyle, AIE !). Non vraiment, on sort de ce film avec un goût amer de "Ouai… bon" tant, même si l'humour est au rendez-vous, c'est vraiment tiré par les cheveux et pas mal déconstruit. L'intrigue principal ne sert pas tant que ça à la finalité de l'histoire, tout ça justifié par une histoire personnel absurde d'Adèle (absurde dans le mauvais sens du terme). J'ai de gros doutes sur le déroulement réel de l'histoire de la BD.

Par contre, je défendrais Luc Besson sur la réalisation. Cet homme l'est pas un manche de la caméra, de la séquence, et ni de la transition. L'art est maitrisé. Le film est fluide, les décors plutôt bons et les idées de séquences assez funs (la séquence de coups de téléphone du président au simple commissaire, les jeux d'ouverture et de fermetures de portes, etc…). Ce savoir-faire me rappelle Jean-Pierre Jeunet (Le fabuleux destin d'Amélie Poulain, Micmac à Tire-Larigot, etc…) et le plaisir qu'on ces réalisateur avec le 7em Art. Luc Besson a tenté aussi une approche personnelle osée (dans le concept) pour le cinéma contemporain de grande production: Angel-A.

L'image est bonne, par contre le son un peu moins. Étrangement, on sort d'un film américain ou tout est bien, tout est léché, et on rentre dans un film français ou on a l'impression de lutter (concrètement) pour entendre bien les répliques et bien comprendre les dialogues. Question d'acoustique ? de micro sur le tournage ? Ou de mixage en post-prod ?! Quoi qu'il en soit, c'est un détail dommage.

 

Dans l'ensemble j'ai été un peu déçu des Aventures extraordinaires d'Adèle Blanc-sec, m'attendant, secrètement, au retour d'un bon Besson. ce film pourra vous divertir le temps d'une soirée mais en aucun il ne restera pas dans les mémoires. Tant pis, mais une chose est sûr, je ne me consolerais pas avec Arthur et les Minimoys !!

Publié dans Pour les curieux

Commenter cet article