Le Choc des Titans : failed clash

Publié le par Glauktier

Le Choc des Titans est un film qui a participé grandement à mes vacances d'été entre mes 5 et 6 ans. Un âge ou ne voit pas les défauts des films, qu'un monstre vous fait peur et qu'un dieu grecque barbu est tout puissant dans sa toge blanche immaculé. Mais voila que j'ai pris de la bouteille… et que le film aussi !

 

clash of the titans ver2

 

L'histoire reprend la trame de base. Conflit entre les hommes, fier et déicide, et les dieux qui commencent à avoir un peu peur pour leur popotins bien tranquilles. Au milieu de tout ça, Persée est un demi-dieu ignorant qui perd sa famille adoptive de la main d'Hades et qu'a bien envie de les venger. Enrolé pour aider la cité grecque en péril d'un ultimatum lancé par les dieux, il part avec un troupe de soldats ainsi que quelques inconnus qui ne serviront à rien pour trouver un moyen de régler le problème. Ils vont traverser monts et merveilles, feront équipe avec un Drainei, déjouront les méchants vilains plans d'Hades qui veut conquérir l'Olympe, il coupera la tête de la Méduse (la Gorgone) et gagnera en 1 contre 1 contre le Kraken avec un Hadoken surpuissant…

Je vous cache rien, l'affiche vous spoil bien avant moi. C'est la première fois que je vois la fin d'un film en promotion. Whatever.

 

Tout ça pour dire que pour une version de 2010 j'attendais autre chose de plus… virtuel pour remplacer le carton pâte de 1981. Et bah c'est raté. Dés qu'on rencontre Hades pour la première fois on sent une belle goutte de sueur dans le dos et alors qu'apparait le sommet des Dieux de l'Olympe on se croirait dans Flash Gordon sauf que c'est Qui-Qon-Jin le Jedi qui fait Zeus.

Aprés une bonne tranche de rire sur les armures bling bling des Dieux, on commence un peu à se faire chier. Les gentils partent en ballade et les séquences de bastons INUTILES, incohérentes et somnolentes s'enchaînent pour une quête dont on a vraiment rien à tapé vu qu'on a pas écouté parce qu'on repensait à la Fashion Week Olympienne.

 

Pour un film d'action je l'ai trouvé confus et véritablement emmerdant. Les plans des dieux sont minables, les gentils vétus de leur jupes en cuir sont loin d'être charismatique et les monstres nous captivent autant que le mur derrière la TV.

C'est pendant ce film que j'ai pris conscience du mauvais effet des combats inutiles. On sait que y'a 3 soldats qui vont mourir à chaque étapes, que les monstres trépasseront et que le brillant héros va réussir. Basta.

 

Par rapport à la version des années 1980, le scénar à aussi connus pas mal de changements. L'héroine, si je me souviens bien, c'était la belle andromède que Persée devait sauver. Là, Persé il a une muse en ligne de mire et Andromède peut lécher tout les murs de la cité qui lui demandera même pas son nom. Y'a un clin d'oeil à la vielle version avec Persé qui brandit la chouette d'or d'Athena (qui l'aide dans le vieux film) et qu'il jette la boite en conserve sculpté là oû il l'a trouvé. Merci les ancètres et merci Athena qui va pointer direct au chomage. Et puis j'applaudis le réalisateur qui a voulu se démarquer. Il fait un remake archi convenu mais il s'est dit "Moi, moi je vais faire quelque chose de différent. Les mecs ! Écoutez-moi ! (*il siffle avec les doigts dans sa bouche*) Arrêtez de bosser deux secondes et écoutez. Je veux… dans MON film… un truc de ouf ! … je veux… un pégase… NOIR !". Donc voila Persée qui découvre un troupeau de Pégase blanc mais qui se retrouve à chevaucher la minorité éthnique (pour les quotas, d'aprés la production vu que y'avait pas de noir en grêce à l'époque). Du grotesque "différentisme" (quand on veut faire différent pour faire différent) d'adolescent…

 

Donc voila. Ce film, je le conseil à personne. Même pas à un samedi soir "nanar" parce qu'on est fatigué et qu'on a pas envie de réfléchir. Je ne vénère pas pour autant la version 1981 parce qu'un regard d'enfant nostalgique n'est pas objective. Juste, que là il faut vraiment passer son chemin. Et puis aprés réflexion, les mic-mac américains avec la mythologie grecque ça m'a toujours énervé. La Gorgone en enfer, le Kaken qui appartient à Hades… J'avais déja ralé contre Hercule de chez Disney parce qu'il chevauchait lui aussi Pégase. Faut pas mélanger les mythes et légendes ou alors faut le faire avec respect.

 

 

Petite note personnelle:

Au japon, ils ont eu droit à deux version des affiches dessiné par Kuramada (L'auteur des Chevaliers du Zodiaque). Regardez plutôt:

clash-titans-kurumada-1

clash-titans-kurumada-3

clash-titans-kurumada-4

 

On peut voir qu'en 20 ans, ce mangaka n'a pas progressé d'un poil, qu'il a toujours des soucis d'anatomie, de perspective et qu'une palette de visage un peu plus étoffé ne serai pas un mal. Par contre on en vient clairement à penser à un film Live de Saint Seiya (les chevaliers du Zodiaque) et là on rigole en repensant aux dieux Olympiens. Hein ? Y'a un mauvais lien quelque part ? je vois pas…

Publié dans Grosses daubes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

nerusan 31/05/2010 10:32


la honte!
je n'ai meme pas ete choque par le pegase noir!


anais 18/05/2010 03:20


ha ha Kuramada, il s'est pas fait avoir, il a dessiné son pégase en blanc, comme toute personne censée le ferait. Faut pas déconner.