Final Fantasy XIII : du neuf avec du vieux (1)

Publié le par Glauktier

Attention attention, je suis loin d'avoir fini ce jeu, je dois n'avoir qu'une dizaine d'heures derrière moi. Cette critique n'est donc ni définitive ni "entière". Il se peux que je revienne sur la totalité de mes propos d'ici… l'avenir !

 

ff13

 

Tout d'abord, et ceci sans la moindre hésitation ni la once de mauvaise foi dont je peux avoir le secret parfois… ce jeu est tout simplement MAGNIFIQUE. Somptueux. À tomber par terre. À se rouler dans des excréments de jeunes écolières japonaises ! Cela fait plus d'un an que je joue sur la Xbox 360, que j'ai l'oeil et l'expérience de l'écran. Ce jeux me bluffe à chaque fois que je tourne vers lui. SquareEnix à mis une barre tellement haute dans la qualité graphique (sans chargements, comme à son habitude !) qu'il ne peut y avoir qu'un autre jeu SquareEnix pour se prétendre son rival. Et je dis alors que je n'ai pas d'écran HD ! C'est limite si je n'en ressent pas de la honte d'y jouer sur un pauvre écran 17" cathodique de chez SHARP, bien cubique dans un coin de la pièce ! C'est nectar pour oeil ! De la framboisine pour rétine !

Aprés cette reconnaissance sans cérémonie pour la qualité graphique, rentrons un peu plus dans les détails. Et là, je vais parler aux amateurs (et j'espère qu'il y en a beaucoup, sinon c'est un tort) de Final Fantasy X. Ce jeu est un remake de FF X sans l'être. On prend un autre scénario, on prend d'autres personnages, mais vraiment c'est la même chose.

•Scénario:

Scénaristiquement, là ou le X était clair dés le début et s'approfondissait avec le temps de jeu, le XIII part sur une base complexe dont on ne saisie pas bien les détails pourtant cruciaux. Fal'Cie, l'Cie, Pulse, Cocoon, PSYCOM… dés la première demi-heure, ces noms sonnent creux dans vos oreilles car vous prenez le train en marche. Suivre l'histoire déja bien engagé avec des protagonistes qui n'éclairent que trés peu votre lanterne, ce n'est pas facile. Même là ou je suis, je n'ai pas envie de me tenter dans un résumé de peur de me tromper ! C'est un vrai mauvais point.

Narrativement, on suit les héros qui marchent et marchent sans cesse vers la fin de la carte. Toutes les critiques sont unanime à ce sujet : COULOIRS COULOIRS COULOIRS. Je ne dément pas mais j'ai envie de dire "Et alors ? WTF ? Vous voulez entrer dans l'appartement juste a coté de celui ou le Terminator frappe, vous ? Vous voulez regarder derrière, vous, quand la Statue de la Liberté marche à travers New York afin d'enfoncer les portes du musée plein de slime ?". Final Fantasy est un film. Que vous le vouliez ou nom, vous suivez le chemin narratif décidé depuis le moment ou vous avez lancé "nouvelle partie". C'est comme si, en début de jeu, on hurlait contre Dante de Devil May Cry parce qu'il était incapable de passer la porte fermé par un sceaux qui ne se brisera que lorsque vous aurez tuer l'avant dernier boss… Ou alors qu'il n'arrivait pas à aller dans les cuisines du Chateau qu'il explore. Depuis le début les FF sont linéaires, que vous le vouliez ou non. Et pourtant ils sont les RPG les plus renommés au monde. FF XIII est une suite de couloir, mais au moins vous vous laissez porter par l'histoire trés efficacement, au lieu de vous perdre dans des villes spectaculairement et inefficacement grandes. Si vous n'aimez pas les jeux linéaires, et c'est votre droit, ne faites pas d'amalgames.

Mais ça ne veut pas dire que je n'y vois que du bien, dans ces couloirs. Depuis 10 heures, j'ai du voir…4-5 lieux différents. ces couloirs sont long. Trés long. Et parfois Trop long ! Ils sont beaux, mais ils sont long. Pour le coup, on a un peu l'impression de faire les 3 combats parce que le jeux les pose devant vous plutot que de vous battre dans un environnement hostile.

Narrativement, je suis un peu déçu, en plus d'être perdu. 10h dans un FF veut dire avoir quasiment son équipe complète avec les principales thématiques développés. À 10 heures de jeu, on en veut à la ShinRa et on a bien l'intention d'aller éclater la tête de son quartier général, ou arrivé à Lucas pour s'entendre dire que Sin est Jecht ! Là… Nos héros sont perdu et nous avec. Scénaristiquement ça tient debout mais ça veut pas dire que c'est agréable. Surtout que là, ils ne font que fuir, fuir et fuir encore, sans s'être encore pris en main et s'être donné (à eux et à nous) un but concret, facilement identifiable qui nous solidifiera définitivement avec le jeu. J'attend patiemment le moment de certaines (hypothétiques) révélations.

Malgrés tout, il faut souligner l'incroyable rouage que tout cela procure. À y jouer, on en oublie facilement le temps qui passe, entre l'évolution de ses personnages et le déroulement de l'histoire. Même si on ne capte pas tout, même on voit un peu trop souvent les mêmes décors (mirifiques) ou qu'on veut en savoir plus sur le monde, les persos, la trame… et bien tout fonctionne extrémement bien et on veut la suite ! Final Fantasy XIII est un long film tranquille…

La suite demain, ou je vous parlerai des personnages.

MAJ (15h) : L'histoire s'intensifie et devient trépidente. De plus avec l'utilisation de la fonction "dossier" qui apporte détails, explications et précisions sur tout ce qui intervient dans le jeu (évènements, personnages, lieux, factions…), je comprend mieux toute l'histoire. Cette fonction , extremement utile ici, ne devrait pas se sentir si nécessaire que ça selon moi. Enfin, c'est utile si on fait de longue pause de jeu.

Publié dans Pour les curieux

Commenter cet article